L'Opéra Garnier

Jardin des Tuileries

Deux bronzes du sculpteur Aristide Maillol.

Jardin du Carrousel

Détente au retour du travail.

Musée d'Orsay

Le musée occupe l'ancienne gare de la Compagnie Paris-Orléans.

Jardin des Halles

Jardin des Halles

« L'Écoute », surprenante sculpture de Henri Miller devant l'église Saint-Eustache.

Toiture près de l'avenue de l'Opéra.

Ouverture cintrée de l'église Saint-Eustache.

Église Saint-Eustache

Intérieur sobre avec ses petites chaises de bois.

Église Saint-Eustache

Les dômes de l'Opéra

Saint-Eustache

Espace stationnement en face de l'église. Il faut être patient pour sortir son auto de la rangée centrale.

Avenue de l'Opéra

Tout au bout du boulevard, la place de la Concorde.

Église de la Madeleine

Rue du Louvre

Galerie Vivienne

Canal Saint-Martin

Il arrive parfois que le canal se retrouve au-dessus du niveau des rues parallèles. 

Canal Saint-Martin

À la hauteur du quai de Jemmapes, le canal est bordé d'arbres qui donnent au quartier une atmosphère sereine.

Rue des Francs-Bourgeois, près de la rue du Temple, qui regorge de boutiques et commerces variés.

Heurtoir d'une porte de la place de la République.

Place des Vosges

Élégante arcade qui mène à la la maison où a vécu Victor Hugo, aujourd'hui reconvertie en musée.

Place des Vosges

Caisse nationale des monuments historiques et des sites.

Placette à l'entrée de la Caisse nationale.

Heurtoir de la porte de la Caisse nationale.

Boutique de la rue Saint-Antoine.

Quai des Célestins

Place Igor-Stravinsky

Située à proximité du Centre Georges-Pompidou, la place est occupée par une fontaine ornée d'une sculpture de Niki de Saint-Phalle. À l'arrière-plan, l'église Saint-Merri.

Cour du Centre Pompidou

Pause sur la route du Sacré-Cœur

Pour atteindre le Sacré-Cœur, il faut entreprendre la montée de la Butte Montmartre.

La place du Tertre, l'îlot des artistes.

Petite église de Saint-Aignan

Un des nombreux escaliers à gravir pour atteindre le sommet de la Butte.

Le Sacré-Cœur

Saint-Sulpice

Panorama depuis la Butte Montmartre.

Les toits de Paris vus de la Butte Montmartre.

Romance sur la Butte.

Dôme du Sacré-Cœur

Du parvis du Sacré-Cœur, la Butte Montmartre offre une vue spectaculaire de Paris.

Bistro du quartier Montmartre.

Le « gai Paris » du XIXe en affiches.

À la recherche des nouvelles de l'heure ou d'une bonne table dans Montmartre.

Les pavés de Montmartre.

Le marché apparaît dans plusieurs scènes du film « Le fabuleux destin d'Amélie Poulin ».

Rue typique de Montmartre.

Parfums de Paris

Parc Monceau

L'allée de la Comtesse de Ségur.

Situé dans le 8e arrondissement, le parc Monceau est le plus élégant jardin de Paris. Il fut aménagé au XIXe siècle dans le style pittoresque. De nombreuses statues, des arbres centenaires, des ruines et des constructions fantaisistes contribuent à son charme, sans compter un grand bassin et une diversité d'oiseaux.

Le parc Monceau, un agréable parc familial.

Ce n'est pas seulement pour son élégance que les Parisiens et les touristes fréquentent ce parc, c'est aussi pour son grand calme et la diversité des points de vue qui incitent à la balade silencieuse et ressourçante.

Les arbres d'âge vénérable de ce parc ont souvent des formes impressionnantes.

Fenêtre d'un immeuble luxueux en bordure de l'allée Jacques Garnerin.

Couleurs d'automne sur l'allée Jacques Garnerin.

Les amoureux de la pyramide égyptienne, une des curiosités du parc.

Vestige d'une arcade ancienne.

Rollers devant la rotonde de Ledoux donnant sur l'avenue Hoche.

La Naumachie, bassin ovale bordé d'une colonnade corinthienne.

Le petit étang.

Porte de sortie servant de cadre à l'Arc de Triomphe, au loin.

Parc Monceau

Statues et arbres majestueux sont un attrait particulier du parc.

Vestiges des colonnes du parvis de l'église Saint-Denis.

Grille de fer ouvragée donnant sur l'avenue Hoche.

Dorure de la grille d'entrée du parc.

À propos des auteurs

Le soleil, les arbres, les oiseaux, le ciel et l’eau bleue qui coule lentement. Le calme de la campagne et ses verts paysages, la ville pour la chaleur de ses anciens murs de pierre et ses architectures changeantes, ses bruits et ses clameurs.

Le vent qui froisse les feuilles jaunes en hiver et les fleurs multicolores où bourdonnent les bourdons en été. Les vastes horizons que sillonnent de petits chemins entre des collines vertes. La couleur du temps le matin et le rouge du soir, la nuit bleue et le gris des chats sous la lune blanche.

Les images, celles qui sont d’ici ou d’ailleurs, celles qui racontent une histoire, un voyage, celles qui donnent le goût d’aller plus loin, de voir la vie sous toutes ses formes, de l’immensément petit à l’infiniment grand de notre planète.

Toutes ces photographies sont là pour le plaisir que j’ai passé à immortaliser ces moments qui resteront gravés sur un support quelconque, alors que ma mémoire pourrait s’effacer ou disparaître. Pour le plaisir aussi de ceux et celles qui aiment voyager dans la mémoire photographique des nombreux sites d’images que propose le Web.

Bonne lecture

Alain LeSieur