Mont Uapishka

Situé au 51ième parallèle, sur la route 389, de Baie Comeau à Goose Bay, cette route appelé la Trans-Québec Labrador se faufile jusqu'au kilomètre 335 sur la bordure forestière du réservoir Manicouagan, après avoir passé le barrage de Manic V. l'accès aux Monts Uapishka (Groulx) faisant partie de la réserve de la biodiversité se prend ici au km 335 donnant accès au Massif Provencher et formant un sentier de 42km. en passant par le mont Veyrier (1113m.), le mont Jumelle (1021m.) et Jauffret (1052m.) pour sortir au kilomère 365. 

La route 389 Trans-Québec Labrador, entre Baie Comeau et le kilomètre 335.

Pour se rendre aux Monts Uapiska (Groulx), une bonne ballade de 12 heures environ de Montréal et de 8 à 10 heures de Québec, selon les conditions climatiques. Lors de notre randonnée nous avons goûté, pour un début de mois de mai et profiter d'une neige durcie, nous avons pu apprécier les conditions extrèmes du 51ième parallèle.

Notre guide Yann Loiselle de Chinook Aventure au volant du mini bus.

Kilomètre 336

Jean Fortin (Bob) de la Pourvoirie du Prospecteur.

Kilomètre 336

Jean Fortin ( Bob ) prospecteur, nous parle des Monts Uapishka (Groulx), de la prospection dans les environs du réservoir manicouagan et de son domaine la Pourvoirie du Prospecteur.

Pourvoirie du Prospecteur

Situé au kilomètre 336, cette pourvoirie peux accueillir des randonneurs en tente prospecteur.

Pourvoirie du Prospecteur

Nous sommes le 2 mai, les conditions routières étaient exécrables nos guides ont donc choisi pour le premier soir, l'hébergement à la pourvoirie, puisqu'il y a des baraquements qui peuvent nous accueillir. Heureusement car notre remorque d'équipements s'est enlisée sur le chemin de la pourvoirie. Bob bien équipé d'un 4x4 est allé récupérer celle-ci qui contenait tout notre équipement.

Kilomètre 335

Nos guides Michel et Yann transportant notre traîneau d'approvisionnement vers le sentier. 

Kilomètre 335

Nous sommes le 2 Mai et le ruisseau Provencher qui devait être normalement le sentier d'hiver lorsque gelé, est devenu impraticable, nous devrons donc emprunter le sentier d'été qui n'as pas été fréquenté de l'hiver.

Camp Nomade

Accueil par Jacque Duhoux à son campement d'hiver. Sans doute que l'été est plus difficile à cause des moustiques en grand nombre dans ce secteur, Jacques se retire jusqu'à l'automne.

Camps Nomade

Jacque Duhoux fut l'un des premiers à se rendre dans les monts Groulx ou il fit la connaissance de Michel Denis véritable créateur du camp Nomade et du sentier Provencher menant au massif Provencher et le lac Quintin.

Plus tard Michel Denis développa une seconde entrée au kilomètre 365, pour découvrir les monts, celui du sentier du mont Jauffret qui culmine à 1052m., offrant une vue spectaculaire sur le réservoir Manicouagan.

Camp Nomade.

Intérieur de l'hébergement pour randonneurs.

Camp Nomade

Le refuge de Jacque Duhoux et l'annexe d'hébergement pour randonneurs.

Le ruisseau Provencher

Voici l'état du sentier d'hiver après trois jours de pluie.

Sentier Provencher

Nous avons du utiliser le sentier d'été Provencher pour nous rendre à notre emplacement de campement. Ce ne fut pas sans difficulté car à plusieur reprise les raquetteurs s'enfonçèrent jusqu'à la ceinture dans cette neige détrempée.

Sentier Provencher

La montée jusqu'au plateau du lac Castor fut assez pénible. Comme il y a plusieurs mêtres de neige en hiver dans ce secteur et que la pluie des derniers jours à contribué à rendre celle-ci poreuse, nos raquettes ne suffisaient pas à nous maintenir en surface.

Sentier Provencher

Pause avant le montage de notre campement près du lac Castor.

Sentier Provencher

Yann Loiselle de Chinook Aventure et sa mascotte perchée une magnifique Mésangeai du Canada.

Sentier Provencher

Situé à proximité du lac Castor, notre campement est monté par le groupe de randonneurs.

Sentier Provencher

Aménagement du somptueux matelas confectionné de fines branches d'épinettes.

Sentier Provenche

Espace d'hébergement nocturne, le facteur momie pré-domine.

Sentier Provencher

Le mat de séchage de la tente prospecteur.

Lac Castor

Les deux tentes au petit matin, j'en ai profité pour me dégourdir les jambes après une nuit un peu serrée et faire quelques photos de mon environnement.

Lac Castor

Sur le plateau du lac la neige du sentier est plus compacte, le froid de la nuit à durci le fond ce qui nous permet de circuler en raquettes plus facilement.

Le premier plateau

Superbe montée.

Climat

Nous sommes bien dans les monts Uapischka (Groulx) sans aucun avertissement la températures change et ce n'est que plus féérique.

Massif Provencher

Après la montée du premier plateau, nous pouvons apercevoir le sommet du Massif Provencher.

Les aventuriers

Notre équipe de randonneurs: Yann et Michel nos guides de Chinook Aventure, Gontran, Guy, Patrice, Françoise et Alex, Christiane et Marco et moi derrière l'appareil photo. Derrière nous à travers le blizzard, le Massif de l'ours.

Retour vers le camp de base du lac Castor.

Éclaircie entourant le lac avant le campement.

La corvée

La préparation du bois de chauffage dans cet environnement n'est pas facile, il faut commencer par trouver les troncs d'arbres suffisamment sec à l'écorse parfois moussus.

Le lac Castor

L'heure de la soupe

Nos guides et chef cuisiniers, Michel et Yann avec la marmite de potion magique. Plein d'énergie la dedans et je peux vous assurer que les soupers et déjeuners furent sans exception un régal.

Alex et Françoise une bonne tisanne avant la nuit.

Votre humble photographe après une belle journée de plein air.

Camp de base lac Castor

Le réveil s'est fait à pas feutré à l'extérieur, près de 20 cm. de neige fraîche est tombée durant la nuit.

Déjeuner du 4ième jour

Fabrication de la banique individuelle, ce petit pain amérindien est succulent et très nutritif.

Sentier du lac Castor

Yann Loiselle de Chinook Aventure

La bonne humeur rayonnante d'une superbe matinée.

Premier plateau

Petit arrêt avant d'entreprendre la montée du Massif Provencher. Pourquoi pas démontrer notre satisfaction.

Joyeux anniversaire Guy

Cadeau offert par ses enfants que cette aventure dans les Monts Uapishka. Lorsque qu'il s'est vu hier soir offrir un gâteau avec chandelle à partager avec le groupe, il y eu beaucoup d'émotion dans l'air lorsqu'il nous dit que c'était le plus beau jour de sa vie que cette aventure. En effet un bon gros gâteau au chocolat intact, quel défi pour les guides que d'avoir transportés ce gâteau dans de tel conditions.

Le sentier pour le Massif Provencher.

L'épaisseur de la neige par endroit est un véritable piège, surtout à proximité de la tête qui perce la neige d'un épinette de près d'un mètre de hauteur.

Réservoir Manicouagan

Arrivé au sommet du Massif Provencher, il est difficile de trouver les mots pour exprimer la grandeur et l'immensité de tout cet espace. Fabuleux peux être.

Immensité

Michel tout aussi en forme pour cette journée exceptionnelle.

Sommet du Massif Provencher

Le temps change encore, violentes bourasques.

Sommet du Massif Provencher

Tout a coup le froid.

Le photographe photographié

Yann et Michel

A la recherche du lac Quintin.

Sentier du lac Quintin

Sentier du lac Quintin

Lac Quintin

Surprise à notre arrivée, l'abri trois face est complètement sous la neige.

Le lac Quintin

Lac Quintin

La seule balise nous indiquant la direction pour la traversée des Monts Uapishka, après le lac Quintin chacun choisi sa route vers le Mont Veyrier et Jauffret.

Lac Quintin

Finalement nous avons pu dégager une petite entrée de l'abri trois face pour la pause dîner, assez serré et surtout humide.

Massif Provencher

Petite arrêt sur un des points de vu des plus spectaculaire sur le réservoir Manicouagan.

Un petit détour vers le Massif de l'Ours.

Tout les randonneurs sont en forme pour une petite course de raquettes vers la descente du ruisseau Quintin.

Autre piège printanier un ruisseau qui se cache sous la neige.

Cette photo fut prise à bout de bras par dessus mon épaule, tous ont bien rigolés de me voir disparaître derrière la tête d'un épinette. Heureusement on a réussi à me tirer de ma fâcheuse position, si j'avais été seul ce serait une autre histoire.

Nuit sous les étoiles.

Sommet du Massif Provencher

Quel surprise que de voir passer au dessus de nos têtes un voilier de bernaches s'en allant vers le sud.

Mont sans nom

Puisque c'est notre dernière journée de randonnée avant notre descente le lendemain, nos guides avaient choisi un mont à proximité du lac castor, qui nous occupa quand même toute la journée, une autre ballade d'environ cinq heures.

Grâce au refroidissement nocturne et la dernière chute de neige fraîche, la montée sur ce mont même assez escarpée, ce fut très agréable. Durant cette promenade, nous pouvions voir au loin les sommets enneigés du Massif Provencher.

Vue sur le réservoir Manicouagan nord est.

Le mont sans nom.

La pause dîner au sommet du mont.

Groupe de perdrix blanche se promenant à proximité.  Comme ces volatiles sont très farouches et détectent le moindre mouvement de présumé prédateur, et que je n'avais pas de télé-objectif pour capter de plus près leur binette, j'ai du me contenter d'un approche furtif respectable.

Vue spectaculaire d'une partie du réservoir Manicouagan sud est.

Sur cette photo nous pouvons appercevoir la partie nord est du réservoir Manicougan, les sommets du Massif Provencher et l'emplacement de notre camp de base au lac Castor.

Sommet du mont sans nom qui devait culminer à près de 900 à 1000 mètres.

Puisque nous sommes sur ce mont plus près du réservoir Manicougan, cela nous permettait d'avoir une vue à 180° sur la démesure de ces grands espaces.

Alex à la préparation de notre dernier souper.

Appréciation de notre confort sous le toît de la tente prospecteur, sans doute du au climat du mois de Mai en montagne au dela du 51 ième parrallèle.

Notre petit poêle semble un peu fatigué sur ses pattes d'épinettes qui semblent s'être enfoncées dans la neige au fil des journées. Mais son travail n'est pas terminé car nos guides reviennent l'autre semaine avec un nouveau groupe sur le massif et notre camp de base sera démonté et transporté sur les hauteurs dans les environs du lac Quintin.

Comme le sentier d'été était bien tapé par notre passage, la descente fut plus facile.

Yann Loiselle notre guide et fondateur de Chinook Aventure, jetant un dernier coup d'oeil sur le Massif Provencher au sommet enneigé, qu'il retrouvera dans une semaine.

Le Massif Provencher au loin.

Nos grandes épinettes à quelques kilomètres de l'accès de la route 389 au kilomètre 335.

Manic V

Une petite halte lors de notre retour pour observer ce colossalle ouvrage.

 Photo de l'aventure Alain LeSieur.

J'ai découvert dans mes archives ce petit bijoux d'aventure d'il y a 14 ans qui dormait paisiblement sur un vieux DVD. Je n'ai pas souvent l'occasion de partager ce genre d'aventure dans mon site, mais après avoir visionnée ces photographies, j'ai donc décidé de les partager avec mes lecteurs et peux être avec mes amis(es) qui ont participés(es) à cette grande ballade du 51 ième parallèle.

À propos des auteurs

Le soleil, les arbres, les oiseaux, le ciel et l’eau bleue qui coule lentement. Le calme de la campagne et ses verts paysages, la ville pour la chaleur de ses anciens murs de pierre et ses architectures changeantes, ses bruits et ses clameurs.

Le vent qui froisse les feuilles jaunes en hiver et les fleurs multicolores où bourdonnent les bourdons en été. Les vastes horizons que sillonnent de petits chemins entre des collines vertes. La couleur du temps le matin et le rouge du soir, la nuit bleue et le gris des chats sous la lune blanche.

Les images, celles qui sont d’ici ou d’ailleurs, celles qui racontent une histoire, un voyage, celles qui donnent le goût d’aller plus loin, de voir la vie sous toutes ses formes, de l’immensément petit à l’infiniment grand de notre planète.

Toutes ces photographies sont là pour le plaisir que j’ai passé à immortaliser ces moments qui resteront gravés sur un support quelconque, alors que ma mémoire pourrait s’effacer ou disparaître. Pour le plaisir aussi de ceux et celles qui aiment voyager dans la mémoire photographique des nombreux sites d’images que propose le Web.

Bonne lecture

Alain LeSieur